S’aérer la Tête … au Château de Vincennes

Qu’est ce qu’on visite ?
Le château de Vincennes a été construit entre les XIVe et XVIIe siècles: de Charles V à Louis XIV, Vincennes est une résidence royale où vivent les rois, où ils se marient, où ils meurent. Lorsque Louis XIV fait construire Versailles, le donjon de Vincennes devient  une prison et plusieurs prisonniers célèbres y firent un séjour: Nicolas Fouquet, le Marquis de Sade ou encore Voltaire.
C’est un des rares châteaux forts encore debout et son donjon de 52m en fait le plus haut d’Europe. En plus de la visite du donjon, on peut voir une Sainte-Chapelle (les vitraux sont actuellement en restauration) et courir sur le chemin de ronde.

C’est sympa parce que ?
C’est un vrai château fort avec donjon mais aussi pont-levis et douves (sans eau): un régal pour les Petites Têtes qui rêvent de princesses et de chevaliers. Une petite brochure explicative est donnée avec le ticket d’entrée pour des info historiques pour les parents curieux.
Les Petites Têtes peuvent découvrir une reconstitution sur tablette de la salle de travail de Charles V: une super idée pour imaginer le décor, le feu qui brûle dans la cheminée, les pupitres de livres… C’est un peu dommage que la visite ne s’appuie pas plus sur ce genre de reconstitution qui parle beaucoup aux enfants.
Evidemment, la visite de la partie « prison » du donjon fait toujours son petit effet sur les Petites Têtes ! De mon côté, hilarité de ma Petite Tête quand je lui ai expliqué ce qu’étaient des latrines: « Maman, c’est pas du tout comme ça les toilettes ! »

Et dans la boutique ?
S’il manque à votre Petite Tête un élément de déguisement pour jouer au chevalier ou à la princesse, vous trouverez votre bonheur ! Vous pouvez aussi craquer (comme moi) et lui offrir une figurine d’archer pour faire une chasse au dragon sur la route du retour.

Les infos
Vous trouverez toutes les infos pratiques sur le site:
http://www.chateau-de-vincennes.fr/
Et, je ne vous en ai pas parlé ici parce que ma Petite Tête est trop jeune, mais le Centre des Monuments Nationaux a élaboré un livret de jeux pour les enfants à partir de 7 ans. Alors profitez-en, il est top !
http://www.chateau-de-vincennes.fr/Explorer/Livret-enfant

Les mots de Tête … Dieux et déesses de la mythologie grecque

Dieux et déesses de la mythologie grecque 
Texte de Françoise Rachmuhl et illustrations de Charlotte Gastaut,
édition Père Castor

Qu’est ce qu’on lit ?
L’auteur nous raconte l’histoire des 12 Olympiens les plus importants (Zeus, Héra, Aphrodite, Athéna…) dans un format court (4/5 double pages). Le vocabulaire est riche et les histoires, tout en restant fidèles aux versions originales, sont un peu édulcorées: faut pas faire peur aux Petites Têtes quand même !
Avant chaque histoire, l’auteur nous rappelle les filiations, les attributs du dieu en question, son rôle vis à vis des Hommes… Et, pour ne pas se perdre dans une famille divine aux nombreuses ramifications, un petit arbre généalogique remet les idées en place.

Et qu’est ce qu’on voit ?
Les illustrations sont très belles, joyeuses et colorées. Les parents peuvent également apprécier les petites touches humoristiques sur certaines (personnellement, j’aime beaucoup Aphrodite courant nue, l’air ravi, dans les champs !).
A chaque nouvelle histoire, le dieu est illustré sur une pleine page avec ses attributs et son animal emblématique.

Et donc ?
Je trouve cet album super pour une approche de la mythologie grecque: on y retrouve les principaux dieux (avec leur nom romain) sur un ton agréable et concis. Les illustrations permettent une première approche de l’iconographie des dieux très claire: Zeus avec sa foudre et son aigle; Athéna avec son bouclier, sa lance, son casque et sa chouette… Rien de mieux pour former l’œil des Petites Têtes !

Théoriquement à partir de 6 ans mais ma Petite Tête de 4 ans adore la lecture de ces histoires

En Tête à Tête … avec Les Coquelicots de Claude Monet

(Musée d’Orsay)

Qu’est ce qu’on voit ?
Le tableau se partage entre champ et ciel. Les personnages représentés sont assez secondaires puisqu’on ne distingue pas leurs traits. Une petite maison cachée dans les arbres occupe le centre du tableau, en haut de la butte. Dans la partie gauche de la toile, une nuée de coquelicots apporte une touche rouge et donne son nom au tableau.

La petite histoire.
Monet s’est installé à Argenteuil dès 1871 et pratique alors une peinture essentiellement en extérieur avec une lumière naturelle. Il vit avec sa femme Camille et son fils Jean qui sont sans doute les personnages que l’on voit sur le tableau. Camille est son modèle favori et on la retrouve sur de nombreuses toiles du peintre.

Les coquelicots, peint en 1873, a été présenté à la 1ère exposition impressionniste en 1873 avec des toiles comme La gelée blanche de Pissarro, La Parisienne de Renoir ou encore Le berceau de Morisot.

C’est une des toiles les plus connues de Claude Monet et aussi une de celles qui illustrent le plus le courant Impressionniste.

Et donc ?
On retrouve tous les critères de l’Impressionnisme: intérêt pour le paysage, peinture sur le motif en extérieur, touche divisée, primauté de la couleur sur le dessin, volonté de représenter le moment fugace de l’instant… Ce qui intéresse Monet ici, c’est la joie d’une promenade dans les champs, la beauté du paysage sans artifices.
Les personnages sont représentés en haut et en bas de la butte, le long de l’oblique que créent les coquelicots: Monet a t’il voulu montrer par là le déroulé de la promenade, le temps que prend cette promenade ?
Les coquelicots est une évocation de la vie calme, tranquille et familiale qu’aiment représenter les Impressionnistes.

Poétiques, critiques, scandalisées…
les Petites Têtes sont souvent très drôles face aux tableaux !

Florilège.
-« On a envie de courir dans ce champ ! De descendre en courant ! »
-« J’aimerai bien cueillir toutes les fleurs… »
-« Le ciel, il donne envie de s’envoler. »
-« J’aimerai bien savoir qui habite dans la maison au fond. »